ANA – Elle n’a pas d’origine, elle est immortelle…

par Pierre Yves Lemieux

ANA Elle n’a pas d’origine, elle est immortelle, elle parcourt le Temps et l’Histoire sans plus chercher de sens. Car elle sait depuis longtemps qu’il n’y a que soi et la Vie.

Ana s’inspire du mythe d’Inanna. De ses origines jusqu’à la chute infernale, la mise à nu est implacable mais sa renaissance source d’apaisement.

Ana est une femme composée de toutes les femmes. Celles qu’elle a été et celles qu’elle sera. Comme une araignée au centre de sa toile, tous les fils mènent à elle.

C’est chose entendue de croire que nous sommes faits de notre passé. Mais si nous étions aussi composés de notre futur ? Oui, là, en ce moment ? Si celui que je serai, demain, pesait déjà dans la balance ? Influençait ma façon de ressentir, de penser, de choisir ?

J’étais et je serai, donc je suis ?

Même si les âges d’Ana se succèdent et que nous les utilisons comme des points d’ancrage, sa vie n’est pas une ligne droite.

C’est une onde de choc. Une pluie sur un étang. Des vaguelettes à l’infini qui la traversent et la portent. Il n’y a aucune magie, il n’y a que des forces qui s’entrechoquent venues du passé et du futur. Il lui faut les entendre et les connaître. Est-ce Ana qui a soufflé les mots à Socrate : «Connais toi toi-même» ?

Si Ana était sur Facebook, elle aurait des milliers d’amis qui ne seraient rien d’autre qu’elle-même. Ana est une Facebook vivante.

Mais elle ne cherche pas à se décrire à toutes les secondes. Bien au contraire. Moins elle cherchera à se définir plus elle sera vivante.

Ana se définit par ses zones de silence et d’ombres. Par ses éclats de violences et d’indignations irréfléchies. Elle est telle l’empreinte d’une main sur un mur de grotte, le récit conté autour du feu, le Mystère sur le parvis, l’installation du musée. Toutes choses nées du ressenti bien plus que du dire.

Ana semble parfois amorale et égoïste. Il n’en est rien. Elle est la résultante du temps. Comment un être humain pourrait-il traverser les siècles sans chavirer ?